Je revenais des autres, Melissa Da Costa

Après Tout le bleu du ciel et Les lendemains, Melissa Da Costa revient avec un roman aux personnages forts, empreints de souffrances profondes. Ses personnages ont vécu des drames, des traumatismes, des ruptures douloureuses et ils trouvent le chemin de la guérison, bien souvent malgré eux.

Dans Je revenais des autres, Ambre est une jeune fille qui s’est détruite à petit feu, pour trouver une place, appeler au secours dans sa vie triste et vide. Lorsqu’elle tente de mettre fin à ses jours, Philippe, qui a été à la fois son sauveur et son bourreau, la conduit dans un hôtel des Alpes, où il lui obtient une place de saisonnière pour l’hiver. Elle y passera six mois, aux côtés de Tim, Rosalie, Andrea, Anton, et bien d’autres, et tentera de se reconstruire, petit à petit. Mais chacun de ses nouveaux amis cache aussi ses souffrances et ses secrets. Ensemble, ils se découvrent et se soutiennent.

J’aime le talent de Melissa Da Costa à créer des personnages tellement réalistes, dont les souffrances nous rappellent souvent un peu les nôtres aussi. A travers eux, elle parle de nos vies, de nos choix, de nos côtés sombres. Mais elle montre aussi qu’il y a toujours de l’espoir, même si rien n’est facile.

Les douleurs fantômes

Pour notre plus grand bonheur, Melissa Da Costa a écrit la suite : Les douleurs fantômes. On y retrouve Ambre, dont la vie a bien changé, quelques années plus tard. Elle n’a pas revu ses amis de l’hôtel alpin depuis cinq ans, suite à un drame. Mais quelques jours avant Noël, Rosalie l’appelle, angoissée par un événement inattendu, et Ambre décide d’aller la voir. Tim et Anton sont là aussi, mais leur complicité d’autrefois a disparu, remplacée par de lourds silences et rancœurs. Ces retrouvailles inespérées vont raviver les douleurs passées, celles qu’ils ont enfouies dans leur mémoire, jusqu’à crever les abcès.

Là encore, Melissa Da Costa excelle dans l’art de décrire les souffrances des relations, celles qui viennent de loin, et que l’on répète inlassablement sans pouvoir s’en défaire. On quitte les personnages comme on quitterait des amis de longue date, avec l’espoir de les revoir bientôt.

Abonne-toi à la newsletter !

Inscris ton prénom et ton adresse e-mail ci-dessous pour t'abonner. Ainsi nous resterons en contact ! Une fois par mois tu recevras des conseils de lecture réservés aux abonnés, tu seras alerté.e des articles parus sur mon blog, et tu seras au courant de mon actualité d'auteure !

En vous abonnant, vous acceptez de recevoir des e-mails de ma part et d'être tenu.e informé.e de mes prochaines publications.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Panier